Atelier : Pour une Stratégie Nationale des Villes Intermédiaires du Maroc

Marrakech, 21 Novembre 2018

Atelier : Pour une Stratégie Nationale des Villes Intermédiaires du Maroc

Session animée par : Firdaous OUSSIDHOUM, expert de la CGUL

Sous la présidence de Monsieur Ennahli Abdellatif, Secrétaire Général du Département de l’Aménagement du Territoire National et de l’Urbanisme, et en présence de Madame Emilia Saiz, Secrétaire Générale de la CGLU, de Monsieur François Yatta CGLU Afrique et Madame Soha Farouk UN-habitat, une session de travail scientifique sous le thème « Pour une stratégie nationale des villes intermédiaires au Maroc » a eu lieu le 21 Novembre 2018 , et ce, dans le cadre des travaux de la 8ème édition du salon international des villes et des collectivités territoriales d’Afrique «Salon Africities».
Cette atelier a eu lieu en partenariat avec le Ministère de l’Intérieur, CGUL-monde, CGUL afrique, UN-habitat a connu la participation d’un panel d’experts nationaux et internationaux, à savoir : UNESCO, OCDE, PNUD, GIZ, Banque mondiale ….
Cette Session scientifique a porté sur les apports du système urbain des villes intermédiaires en rapport avec le développement national et sur la définition du modèle de lecture pour situer ces villes dans les contextes nationaux, en particulier le cas du Maroc, pour lequel une Stratégie nationale des villes Intermédiaires est en cours, et elle s’est déroulée autour de trois axes :
- La définition des concepts et des politiques ;
- La planification stratégique et opérationnelle ;
- La Valeur ajoutée des Villes Intermédiaires et Implémentation des Agendas mondiaux & ODD ;
En effet, les villes intermédiaires ressortent, dans la vision prospective 2050 développée dans le cadre du Schéma National de l’Armature urbaine, comme étant des maillons stratégiques des huit systèmes urbains régionaux qui structurent l’armature urbaine marocaine.
En outre, trois facteurs déterminants structurent la vision prospective quant à la place des villes intermédiaires dans le système urbain à l’horizon 2050 à savoir : Le renforcement de la résilience du réseau urbain, L’équité territoriale et le développement des territoires décentrés et l’intégration territoriale des villes intermédiaires.